Récit de voyage, Voyage au nord de l'île

A la conquête du Nord : Grand Baie, Pereybere et le Cap Malheureux – J2

Après cette première nuit bien méritée, nous nous réveillons doucement. La pluie est tombée toute la nuit mais semble s’être calmée. Hop hop hop ! C’est parti direction Grand Baie pour profiter d’un petit déjeuner.

Première matinée à Maurice : le petit déjeuner à Grand Baie

Tout d’abord, on flâne un peu dans les rues, en quête d’un petit déjeuner copieux. Il est presque midi, et les Mauriciens sont déjà passés à l’apéro. Tant pis, on se contentera d’un jus de fruit pressé (très appréciable) au bord de la plage. Encore une fois, on se fait avoir sur le tarif, mais bon tant pis… la prochaine fois, on saura.

Petite astuce : si le prix n’est pas indiqué, pensez à demander avant de vous faire servir… Sinon, il est difficile de faire machine arrière ! C’est pourquoi il ne faut pas hésiter à négocier, les tarifs sont volontairement élevés dans les zones touristiques. On peut facilement diviser le prix par deux pour l’alimentation de rue (jus de fruit, street food…)

Un Mauricien vient s’asseoir à côté de nous et entame une discussion. Il nous parle un peu de sa vie, de l’histoire de Maurice et nous raconte les derniers grands cyclones que l’île a subi.

On est agréablement surpris par la sympathie des gens. Ils n’hésitent à venir vers nous, discuter… Rien à voir avec notre expérience de la Corse en 2016 ! On continue à papoter et on profite d’un moment pour faire trempette, avant de repartir. Bref, une belle partie de la journée à Grand Baie.

Coquillage et crustacé : notre premier restaurant à Pereybère

Les heures ont défilé et la plupart des restaurants ont fermé leur porte pour préparer leur ouverture à 18h. Il est presque 16h. Un restaurant de plage est encore ouvert, et on décide de franchir le palier pour se rassasier. Au menu : crabe à l’aigre douce et poisson à la créole. Miam ! Et les plats sont très copieux !

Un petit oiseau se joint à nous, espérant voir quelques grains de riz tomber par terre.

A savoir : vu la quantité servie, on n’a pas hésité à demander un Dolly Bag. C’est avec plaisir que le restaurateur nous a donné une petite barquette pour emballer les restes du plat.

A la découverte du cap Malheureux

Après ce bon repas, nous avons décidé de prendre la voiture direction la pointe de l’ile. Ensuite, sans destination précise, nous commençons notre route vers le Cap Malheureux, où nous découvrons une jolie plage sauvage. Une poignée de mauriciens s’y sont installés, en musique.

A peine descendus de la voiture, on nous lance des « Bonjour ! Bonne année ! », à quoi nous répondons avec sourire et amusement.

Un petit coin paisible, malgré la pluie et le vent.

Plage du nord entre le Cap Malheureux et Grand Baie avec Léa

Nous continuons notre excursion en longeant la côte nord. On prend le temps de se perdre dans une petite route qui se transforme rapidement en sentier. Bien que notre titine soit bien brave, on décide de faire demi-tour.

La soirée en compagnie d’une équipe de français et d’un Mauricien

Sur la route du retour, Bilell, un jeune homme fort sympathique que nous avons rencontré dans l’avion, nous envoie une invitation pour manger avec ses amis. Ainsi, ni une, ni deux, on file direction le resto’. C’est ici que nous avons fait la rencontre d’une équipe de 5 jeunes, tout sourire.

Un bon petit repas bien copieux (on ne s’en lasse pas !). Au menu : calamar à la sauce piquante et poisson au curry… Yumi !

Repas mauricien : calamar, poisson curry et riz cantonnais au restaurant proche du Cap Malheureux

Enfin, on a terminé la soirée dans la villa des amis de Billel, qui nous ont chaleureusement accueilli. Une magnifique maison dans le nord de l’île, digne d’un film. C’est sur la belle terrasse de la villa, à côté de la grande piscine (avec jaccuzi, of course), au milieu des palmiers et du champ des cigales que nous finissons la soirée.

Un conseil : Jason, habitant de l’île, nous a fortement déconseillé de nous arrêter sur la route si quelqu’un faisait du stop ou des signes la nuit. En effet, même si les habitants de l’île semblent très sympathiques, il faut rester très méfiant. Il n’est pas rare qu’un touriste se fasse voler…

1 réflexion au sujet de “A la conquête du Nord : Grand Baie, Pereybere et le Cap Malheureux – J2”

Laisser un commentaire